Accueil / Journaux / Janvier 2020 #11 / MAÎTRES DE STAGES UNIVERSITAIRES (MSU) EN SPÉCIALISTES : LA POSSIBILITÉ D'ACCUEILLIR DES INTERNES EN CABINET DE MÉDECINE SPÉCIALISE EST UNE ANCIENNE REVENDICATION

MAÎTRES DE STAGES UNIVERSITAIRES (MSU) EN SPÉCIALISTES : LA POSSIBILITÉ D'ACCUEILLIR DES INTERNES EN CABINET DE MÉDECINE SPÉCIALISE EST UNE ANCIENNE REVENDICATION

Le décret de 2011, en créant les commissions de subdivision des stages d’internes, a permis aux spécialistes libéraux de mettre un pied dans la porte, en instituant la présence de l’URPS ML NA et des représentants de l’hospitalisation privée à la commission de choix des stages.

Il paraissait aberrant que des étudiants dont la majorité fera une carrière en libéral n’aient jamais mis les pieds dans un cabinet de ville ou dans un établissement privé, et se trouvent dans l’incapacité de formuler un choix éclairé, n’ayant connaissance que d’un seul système d’exercice, à l’inverse de la médecine générale.
Nous espérons que vous serez nombreux à être motivés par cette belle aventure.

En 2015, seulement 1 % des internes réalisaient un stage en « établissement de santé privé lucratif » (chirurgie, anesthésie, radiologie, cardiologie). Bien sûr très insuffisant !

Notre volonté est maintenant d’élargir aux spécialités « cliniques », et de « normaliser » l’existence de stages en médecine libérale dans le cursus des internes de spécialités.

La conjoncture paraît favorable :

·  Augmentation croissante du nombre d’internes (+100% en 10 ans) qui conduit l’Université à rechercher des terrains de stages

·  Diminution des capacités pédagogiques liées à cet afflux au CHU

·  Soutien de l’ARS, consciente du fait que les internes stagiaires en zones sous denses s’y installent plus facilement

·  La nouvelle mouture du DES (Diplôme D’Etudes Spécialisées) qui ouvre l’accès aux stages libéraux surtout dans la phase de consolidation (après la thèse, 4e année).


Les spécialistes libéraux peuvent donc envisager d’accueillir des internes de leur spécialité en stage, en déposant un dossier de demande d’agrément, en accord avec le coordinateur du DES.

Mais à l’instar des médecins généralistes, une formation pédagogique préalable est requise par l’Université, permettant d’obtenir le label de Maître de Stage Universitaire (MSU), et donnant ainsi droit à rémunération.

Actuellement, certains médecins ont pu réaliser cette formation grâce à leur organisme de formation de spécialité, ou par le Collège National des Généralistes En­seignants (CNGE). Mais ce recours reste marginal, limité à quelques spécialités, et n’a pas toujours l’aval de l’université, ces formations ne permettant alors pas de recevoir des internes...

L’URPS ML NA a donc choisi de travailler en collaboration avec l’Université de Bor­deaux pour construire une formation à la Maîtrise de Stage Universitaire, desti­née plutôt (pour l’instant) aux médecins de spécialités dites ambulatoires (ou cliniques). Cette formation permettra aux médecins de déposer des dossiers d’agrément de stage dans leur cabinet, en ayant au préalable rencontré le coor­dinateur du DES de la spécialité, et le re­présentant des internes, afin de convenir du projet pédagogique notamment et vérifier le besoin de terrain de stage.

Cette formation a pour vocation à être proposée dans d’autres universités, Li­moges et Poitiers notamment.

Les obstacles subsistent cependant en­core, et les mentalités doivent évoluer.

Et, à prendre en compte, l’appréhension probable que ressentiront certains de nos confrères à s’engager dans l’accueil d’un interne, par crainte d’une surcharge de travail.

Cependant, le témoignage de nos col­lègues accueillant déjà des internes montre qu’il s’agit d’une expérience en­richissante, cet investissement est vital pour l’avenir de la médecine spécialisée libérale.

La première réunion de formation aura lieu le 31 janvier à l’URPS, et se dé­roulera sur deux jours, mais d’autres dates seront fixées en fonction de la demande. Elle donne droit à une indem­nité compensatrice prise en charge par l’URPS.


Inscription et informations


Les dossiers d’agrément pourront en­suite être déposés, après entente avec votre coordonnateur de DES, et/ou du représentant des internes de la spé­cialité, afin notamment de se mettre d’accord sur les besoins et sur le projet pédagogique.

L’URPS ML NA pourra vous aider dans ces démarches.

Nous pouvons raisonnablement espé­rer qu’à terme, la présence d’internes de spécialités en stages de médecine libérale soit « normale » et pleinement intégrée dans les cursus de formation de toutes les spécialités.


Dr Frédéric CORDET




L'union Régionale des Médecins Libéraux

  • > représente les médecins libéraux dans les instances
  • > organise l'offre de soin sur les territoires
  • > développe des innovations en santé