Accueil / Nos missions

Nos missions

Représenter plus de 11 000 médecins libéraux de Nouvelle-Aquitaine


L'URPS Médecins Libéraux de Nouvelle-Aquitaine a pour mission de :

  • représenter les médecins libéraux dans les instances qui assurent la mise en place du système de santé,
  • organiser l'offre de soins sur les territoires pour permettre un maillage de la médecine libérale qui corresponde le mieux possible aux besoins de santé des bassins de population,
  • développer des innovations en santé, notamment en e-santé ou par de nouvelles pratiques de coordination.


Les médecins libéraux, premier maillon de proximité du système de sante


En Nouvelle-Aquitaine, sur les 12 départements de la région, la santé au quotidien des 6 millions d'habitants est assurée par plus de 11 000 médecins libéraux :



Préparer la santé de demain


Face à la mutation importante que connaît notre système de santé, l’URPS ML NA met à disposition des médecins li­béraux des outils pour les aider dans leur pratique quotidienne, réalise des projets structurants par exemple sur la e-santé, la prévention ou les nouvelles organisations coordonnées et effectue des études pour comprendre les évolutions en cours. En savoir plus sur :


    Des médecins de terrain impliqués pour leur profession et leur région


    L’union est pilotée et animée par des médecins élus, praticiens en activité, mobilisés au sein de commissions, et groupes de travail, ou assurant des délégations auprès des instances de la région.

    80 médecins élus répartis en 3 collèges :

    • collège des médecins généralistes - 40 élus
    • collège des anesthésites, chirurgiens, obstétriciens - 11 élus
    • collèges des autres médecins spécialistes - 29 élus

    Consulter la liste des élus ou rechercher un délégué

    Chaque médecin exerçant en libéral, en ville ou en établissement de soins, participe à l'élection des représentants de son collège. Pour être éligible, il faut être médecin en exercice dans la région et être sur une liste présentée par une organisation syndicale représentative. La durée du mandat est de cinq ans, renouvelable.


    Les URPS sont régies par la loi du 1er juillet 1091 relative aux associations à but non lucratif.

    Pour assurer leurs missions, une contribution obligatoire est versée par chaque professionnel de santé. Elle est fixée par décret et gérée par les organismes chargés du recouvrement des cotisations du régime de sécurité sociale.
    Il peut également y avoir des subventions ou financements particuliers, délivrés afin d'assurer des missions spécifiques.

    En 1993, Bernard Kouchner crée les Unions Régionales de Médecins Libéraux (URML), des assemblées élues par leurs pairs, afin d'améliorer le dialogue entre les médecins libéraux et les institutions.
    Constituées de deux collèges, spécialistes et généralistes, elles avaient pour fonction de "contribuer à l'amélioration de la gestion du système de santé et à la promotion de la qualité des soins" (Loi n°93-8 du 4 janvier 1993).


    En 2009, Roselyne Bachelot avec la loi Hôpital Patient Santé Territoire (HPST) élargit le concept aux autres praticiens de santé libéraux en créant les Unions Régionales de Professionnels de Santé (URPS). Dans chaque région, sont mises en place :

    • Les URPS médecins, équivalentes des URML, contenant désormais 3 collèges (collège 1, composé de médecins généralistes - collège 2, composé de praticiens ayant un plateau technique lourd avec des problématiques spécifiques concernant chirurgiens, anesthésistes, obstétriciens - collège 3, composé des autres spécialistes)
    • Les URPS pharmaciens libéraux, chirurgiens-dentistes, infirmiers, masseurs-kinésithérapeutes. Ces URPS, qui ont un effectif supérieur à 20 000 professionnels, ont des représentants élus,
    • Les URPS biologistes, sages-femmes, pédicures-podologues, orthophonistes et orthoptistes, dont les effectifs sont inférieurs à 20 000, ont leurs représentants désignés par les organisations syndicales.


    Dans le cadre de la loi HPST, amendée par la loi Fourcade en 2011, les URPS ont pour vocation d'être des interlocuteurs représentatifs des professionnels de santé libéraux dans les relations avec le partenaire institutionnel qu'est l'Agence Régionale de Santé (ARS).

    Les URPS contribuent à l'organisation et à l'évolution de l'offre de santé au niveau régional :

    • préparer le projet régional de santé (PRS) et sa mise en œuvre,
    • conclure éventuellement des contrats avec l'Agence Régionale de Santé (ARS) et assurer des missions particulières impliquant les professionnels de santé libéraux dans les domaines de compétences de l'agence,
    • assumer les missions qui leur sont confiées par les conventions nationales.



    La loi HPST a pour vocation de placer, par le biais des URPS, les professionnels libéraux au cœur du système de santé.

    Les URPS ont ainsi une fonction d'observation et d'analyse des besoins de santé et de l'offre de soins.

    Elles jouent un rôle dans l'élaboration du Schéma Régional d'Organisation des Soins (SROS) en participant à des actions dans les domaines :

    • de la prévention,
    • des soins,
    • de la veille sanitaire,
    • de la promotion de la santé,
    • de l'éducation thérapeutique,
    • de la formation professionnelle continue.



    Les URPS peuvent procéder à l’analyse des données agrégées nationales et régionales issues du système national d’information inter-régimes de l’Assurance Maladie (SNIIRAM).

    Elles participent à la mise en œuvre de contrats pluriannuels d’objectifs et de moyens ou des contrats ayant pour objet d’améliorer la qualité et la coordination des soins en collaboration avec les réseaux de santé, pôles de santé, maisons de santé, centres de santé.

    En 2016, Marisol Touraine avec la loi de modernisation du système de santé renforce la fonction des URPS en déterminant 3 axes principaux de travail :

      • le renforcement de la prévention,
      • la réorganisation autour des soins de proximité à partir du médecin généraliste,
      • le développement des droits des patients.


    Enfin les URPS sont des acteurs incontournables dans la mise en oeuvre et la gouvernance des structures de coordination qui se construisent à l'échelle des territoires :

    • Dispositifs d'Appui à la Coordination (DAC) ou antérieurement Plateformes Territoriales d'Appui (PTA)
    • Communautés Professionnelles Territoriales de Santé (CPTS) : voir le site cpts-na.org