Awesome Image

Devant l’épisode de canicule qui est en train de s’installer sur la France et en particulier sur la région Nouvelle-Aquitaine voici quelques consignes et propositions.


La Prévention

Des messages de prévention sont dits et répétés depuis des années.
Il ne faut pas cesser de les énoncer.
En période de canicule, rester à l’ombre ou dans un endroit aéré et rafraichi chaque fois que c’est possible, porter des vêtements légers, éviter l’activité en période de chaleur la plus intense (11 heures – 18 heures), se protéger du soleil si l’on est à l’extérieur (chapeau, vêtement sur tout le corps), boire de l’eau de manière régulière, rafraichir la peau en s’aspergeant régulièrement d’eau.


La vigilance vis-à-vis de certains symptômes

Si chacun d’entre nous est exposé aux risques de la canicule, certaines personnes sont plus à risque : les nourrissons et les enfants en bas âge, les personnes âgées, les personnes atteintes de pathologies chroniques lourdes, les personnes qui travaillent ou vivent à l’extérieur.


Les signes de "coup de chaleur" : fatigue, irritabilité, crampes, rougeur de la peau, transpiration intense - mais un facteur de gravité est la disparition de la transpiration (déshydratation) - parfois sensation de froid paradoxale, vertiges, maux de tête, nausées. La fièvre est systématique, elle peut dépasser les 40° ce qui est un signe de gravité, elle peut donner des frissons voire des convulsions.

L’exposition prolongée à la forte chaleur, et plus encore au soleil, est un facteur de gravité. La prise d’alcool est aussi un facteur aggravant car peut empêcher le corps de réguler convenablement sa température.
Il faut alors placer la personne à l’ombre, dans un endroit frais, si possible aéré, l’asperger d’eau fraiche, la ventiler, créer un courant d’air frais au plus près d’elle, lui donner à boire de l’eau en petite quantité de manière régulière.

Et appeler le Centre 15.


Les signes de déshydratation : soif intense, sécheresse des lèvres, de la peau et des muqueuses, fatigue inhabituelle, perte de poids de plus de 5% chez les nourrissons – plus de 10% du poids est un signe de gravité chez le nourrisson - perte d’appétit.
La somnolence inhabituelle est un signe de gravité, comme les maux de tête, les troubles de la conscience, l’accélération du rythme respiratoire et la dépression de la fontanelle chez le nourrisson, les modifications du comportement (agitation ou au contraire apathie inhabituelles), voire les hallucinations (comme le capitaine Haddock dans Tintin et le Crabe aux Pinces d’Or, page 30...).



Quelles solutions en cas de symptômes en lien avec la canicule ?


D'abord et surtout, ne pas se rendre directement aux urgences.


1/ Contactez votre médecin traitant

Votre médecin généraliste est le médecin du premier recours. C’est lui qui vous connaît le mieux d’un point de vue médical, il connaît vos antécédents, votre traitement etc...
Les médecins généralistes sont présents à leur cabinet du lundi au vendredi.
Chaque soir, de 20 heures à minuit et les samedis (12h00-minuit) les dimanches et jours fériés (08h00-minuit) une permanence des soins est assurée par les médecins généralistes sur tout le territoire de Nouvelle-Aquitaine.
Par ailleurs SOS médecin est présent dans certaines villes (Bordeaux Métropole, BAB, Pau) 24 heures sur 24, tous les jours de l’année.
En Gironde, par exemple, les médecins généralistes assurent près de 8 millions de consultations et plus de 2 millions de visites par an, soit plus de 22 000 consultations et près de 5 000 visites par jour.


2/ Appelez le 15

En l’absence de réponse de votre médecin traitant, contactez le 15.
Le Centre 15 répond aux appels tous les jours de l’année, 24h/24 sur l’ensemble du territoire de Nouvelle-Aquitaine.
Au Centre 15, vous serez mis en relation avec un médecin. Selon votre état ou celui de la personne pour laquelle vous appelez, il vous donnera un conseil, vous adressera à un médecin généraliste, demandera le cas échéant au médecin de se déplacer chez vous, vous adressera aux urgences, le cas échéant vous enverra un moyen de transport.
C’est le médecin régulateur du Centre 15 qui vous orientera vers la solution la plus adaptée au problème posé.

Ne vous rendez-pas directement aux urgences, au risque d’encombrer par des situations ne justifiant pas les urgences un service déjà surchargé.
Il peut arriver que vous attendiez plusieurs minutes au téléphone avant que votre cabinet médical ou le Centre 15 ne répondent. Soyez patient. Il vaut mieux attendre quelques minutes confortablement installé chez soi plutôt que plusieurs heures de manière inconfortable dans les couloirs des urgences.


Ne vous rendez aux urgences qu'après avoir pris l'avis d'un professionnel en amont qui vous l'aura conseillé


Dr Philippe ARRAMON-TUCOO

Président de l'Union des médecins libéraux de Nouvelle-Aquitaine